Connaissez-vous l’auriculothérapie ?

L’auriculothérapie est également appelée auriculo-réflexologie ou réflexologie auriculaire. Mais de quoi s’agit-il ?

Qu’est-ce que l’auriculothérapie ?

L’auriculothérapie est une pratique en réflexologie utilisant le pavillon de l’oreille comme zone réflexe dans le but de rééquilibrer en douceur l’ensemble de l’organisme. Saviez-vous qu’il existe, au niveau du pavillon auriculaire, une projection des différentes parties du corps ?

Gramina illustration

Gramina illustration

L’emploi de l’oreille s’explique par le fait qu’il s’agisse d’une zone très innervée et riche en connexion avec le système nerveux central. L’oreille offre ainsi à la fois le reflet de la situation de certains organes ou zones métaboliques et par le ponçage ou la stimulation électrique de certains points, une action thérapeutique. Les déséquilibres fonctionnels ou organiques d’une partie du corps s’inscrivent sur le pavillon de l’oreille par l’apparition d’un point sensible au toucher.

L’auriculothérapie contribue ainsi à réguler et apaiser le système nerveux (réduction de la douleur, spasmes, etc…), à harmoniser certains troubles du comportement (angoisse, agressivité, agitation…) et à apporter des solutions aux troubles addictologiques (tabac, alcool, drogues, médicaments, etc…).

L’auriculothérapie est une technique de santé complémentaire et ne peut pas se substituer à un éventuel traitement médical en cours.

Historique :

L’auriculothérapie est une technique ancienne : les Égyptiens se servaient de l’oreille pour calmer des douleurs. Dès 2500 ans avant J.C., l’utilisation de l’oreille était mentionnée dans les traités de médecine chinoise. Hippocrate (IVème siècle avant J.C.), après un voyage en Égypte, parlait d’incisions et de saignées au niveau de l’oreille pour certains traitements de l’impuissance et de la frigidité. Au XIXème siècle, en Europe, plusieurs médecins rapportent les effets de piqûres ou de cautérisations de points de l’oreille sur la santé.

En France, c’est le docteur Paul Nogier (médecin à Lyon), qui, de 1951 à 1956, a véritablement développé l’auriculothérapie et créé la première cartographie de l’oreille en reconnaissant la projection d’un fœtus humain sur le pavillon. Ses travaux ont ensuite été poursuivis par plusieurs médecins : Jarricot, Bourdiol, Kovacs, Rouxeville…

L’auriculothérapie est reconnue par l’OMS depuis les années 90.

Les indications de l’auriculothérapie :

L’auriculothérapie s’avère particulièrement efficace sur :

Les douleurs : cervicales (post traumatiques, arthrose, torticolis…), dos (post traumatiques, arthrose, séquelles d’épiphysites, …), lumbago, coccyx, névralgies (sciatique, crurale, obturatrice, intercostales), tendinite, algodystrophies, fibromyalgie…, céphalées, migraines, paralysie faciale…

Diverses pathologies : digestives (gastrites, colites spasmodiques, constipation, troubles du transit, hémorroïdes…), respiratoires (asthme, bronchite chronique, toux chronique…), ORL (vertiges, acouphènes, troubles de l’audition, angine, aphonie, rhinite allergique, sinusite…),  génito-urinaires (énurésie, incontinences, cystites, impuissance, éjaculation précoce, prostatisme…), cardio-vasculaires (hypertension et hypotension artérielle, troubles du rythme, syndrome de Raynaud…)

La dermatologie : prurit, eczéma, urticaire, zona, alopécie…

La gynécologie : troubles du cycle, aménorrhées, dysménorrhées, douleurs post-partum, douleurs endométriose, douleurs menstruelles, frigidité, vaginisme, stérilités fonctionnelles…

L’endocrinologie : hyperglycémie, surcharge pondérale, dysthyroïdie…

Les troubles du comportement : anorexie, boulimie, désintoxication (tabac, alcool, drogues, médicaments…), envies spécifiques (chocolat…) ainsi que les troubles nerveux (stress, insomnie, dépression…)

Déroulement de la première séance :

Une anamnèse détaillée sera réalisée afin de connaître les antécédents, le mode de vie, les symptômes… La personne est ensuite allongée sur une table de massage. La séance commence par un examen complet du pavillon de l’oreille puis se poursuit par la recherche de points douloureux à l’aide d’un palpeur à pression ou d’un détecteur électrique. Une fois identifié, chaque point est stimulé électriquement ou à l’aide d’un bâtonnet en verre.

Palpeur à pression

Palpeur à pression

 

Un détecteur électrique

La séance dure de 30 à 45 min. 3 à 4 séances sont parfois nécessaires pour stabiliser les premières améliorations qui peuvent se faire ressentir dès la première séance. Une fois l’amélioration ressentie, les séances seront espacées pour n’en pratiquer à nouveau que lorsque le bénéfice en sera estompé. Puis des consultations ultérieures (environ tous les deux à trois mois) peuvent être faites à titre de prévention des rechutes.

Des graines auriculaires pourront également être posées pour prolonger les effets de la séance.

Pour plus d’informations ou prendre un RDV, n’hésitez pas à me contacter !

Carine Dancla, naturopathe et auriculothérapeute à Sallanches

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire