Les bienfaits de l’arnica des montagnes

L’arnica des montagnes est une plante très connue pour ses nombreuses vertus et bienfaits ! Ses différentes et nombreuses propriétés (antalgique, décontractante, anti-inflammatoire, etc…) en font une plante de premier choix !

L’arnica des montagnes : présentation

L’arnica est une jolie plante de montagne ! Sa fleur est d’un jaune éclatant ! On la trouve dans les pelouses de montagne jusqu’à plus de 2.800 m d’altitude. Elle ressemble un peu à un gros pissenlit géant de 40 cm de hauteur, avec un cœur duveteux et des pétales en couronne. Elle fait partie de la famille des Astéracées, la même famille que l’artichaut, la marguerite et le pissenlit !

L’arnica est une plante assez rare et sa cueillette intensive a provoqué de vrais ravages dans les Alpes, les Pyrénées et le Massif Central… C’est pourquoi l’arnica est inscrit sur la liste des espèces protégées et donc totalement interdit de cueillette ou d’arrachage dans certaines régions. Elle est difficile à cultiver, mais ce n’est pas impossible !

Les principales propriétés de l’arnica

L’arnica est la plante par excellence pour résorber les contusions et les bleus ! En effet, sa teneur en coumarines (substances naturelles organiques aromatiques contenues dans l’arnica) permet de raccourcir l’évolution des hématomes voire même de les éviter si elle est utilisée immédiatement après un coup.

Grâce à ses propriétés antalgiques et décontractantes, il atténue les courbatures liées à un effort. C’est pourquoi elle est très appréciée des sportifs !

Il permet aussi de combattre l’arthrite et l’arthrose.

Après un choc physique (accident, opération chirurgicale, etc…) ou émotionnel, il vient au secours du corps et en soutien pour le remettre d’aplomb.

Les propriétés moins connues de l’arnica

L’arnica pourrait également améliorer la fonction cardiaque et la circulation coronarienne.

En application externe, il serait intéressant pour l’insuffisance veineuse, montrant un effet tonifiant veineux et diminuant les œdèmes et les sensations de jambes lourdes.

Pour ce qui est de la sphère buccale, il a un intérêt dans les gingivites, les ulcères aphteux, et les inflammations de la gorge.

Sous quelles formes peut-on trouver de l’arnica ?

Vous trouverez de l’arnica en plante sèche (pour la réalisation de macérat ou d’infusion pour l’application de compresses), en teinture mère (pour réaliser des bains de bouche par exemple), en onguent, en granules homéopathiques, en élixir floral, en extrait CO2, en macérât huileux…

Mise en garde

Auparavant, l’arnica était utilisé pour de nombreux usages internes. Il est aujourd’hui considéré comme toxique (hallucinations et troubles digestifs à forte dose, une poignée de fleurs avalée pouvant se révéler fatale). On ne le conseille donc qu’en application externe, à l’exception des produits homéopathiques ou élixir floral pour l’usage par voie orale.

Ne pas appliquer sur une plaie ouverte.

Ne pas utiliser chez l’enfant avant l’âge d’1 an.

Soyez prudent en cas d’allergie aux astéracées (marguerite, échinacée, pissenlit, herbe à poux, souci, etc…). Le risque est minime mais non nul.

Ne pas utiliser en bain de bouche (avec la teinture mère diluée) en cas de traitement avec des anti-coagulants.

 

Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter en premier lieu un médecin pour établir un diagnostic. Vous pouvez également vous faire accompagner par un thérapeute en médecine complémentaire.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire